Nos Publications

  • Synthèses France Agrimer 2017 / 2017 - semaine 01

  • Publicité / Grafeez

  • Avenant n°89 grille des salaires 1er janvier 2016 / Avenant n°89 grille des salaires

  • Bulletin d'adhésion Fédération Paris Ile de France / Adhésion

  • Contrats et mesures / Contrats et Mesures

  • Document unique d'évaluation des Risques Professionnels document n°3 / Document unique d'évaluation des Risques Professionnels document n°3

  • Document unique d'évaluation des Risques Professionnels document n°2 / Document unique d'évaluation des Risques Professionnels document n°2

  • Document unique d'évaluation des Risques Professionnels document n°1 / Document unique d'évaluation des Risques Professionnels document n°1

  • Document unique d'évaluation des Risques Professionnels / Risques Professionnels

  • Note de conjoncture 2017 / Note de conjoncture semaine 22

  • Avenants à la Convention Collective Nationale de la Poissonnerie n°3243 / Avenant n°84

  • Guide d'hygiène du Poissonnier Détaillant / Guide d'hygiène du poissonnier détaillant

  • Revues "Poissonnier de France" / Numéro 26

  • Note de conjoncture FranceAgrimer / Note de conjoncture semaine 52

  • CVThèque / CV AKKAR Moncef

Actualités

Recherchez une actualité :

Versement de votre Taxe d'Apprentissage, pensez à notre C.F.A de branche "C.F.A. de la Poissonnerie"

Mardi 3 Janvier 2017

Depuis le 1er janvier 2015, OPCALIM est désigné comme organisme collecteur de la taxe d’apprentissage par les Branches professionnelles du secteur Alimentaire.

Au 28 février 2017, parallèlement au versement de votre contribution Formation Professionnelle Continue, nous vous invitons à verser également votre taxe d’apprentissage à OPCALIM en précisant le C.F.A. de la Poissonnerie afin de notre C.F.A de branche bénéficient de votre soutien.

Vous pouvez facilement déclarer en ligne vos contributions Taxe d’apprentissage et Formation Professionnelle Continue en vous connectant sur le site Internet www.opcalim.org.

Nous comptons sur votre engagement et continuons à agir ensemble pour former vos futurs salariés et promouvoir vos métiers.







Concours des Meilleurs Ecaillers

Lundi 19 Septembre 2016

Le "Samedi 8 octobre 2016", retour de l’événement annuel à la Cité de l'Huître, à Marennes (17):

Les concours des meilleurs écaillers...

Venez encourager:

  • 12 étudiants issus des écoles Françaises de l’hôtellerie et des produits de la mer
  • 12 professionnels régionaux en lice pour la sélection au Championnat de France 2017

Ils réaliseront: 

  • Une épreuve d'ouverture d'huîtres chronométrée
  • Une épreuve artistique de plateau de fruits de mer

Et pour célébrer l’anniversaire des 10 ans de la Cité de l'Huître: "La Cité de l'Huître sur un plateau":

  • Bruno GAUVAIN, Meilleur Ouvrier de France Poissonnier-Ecailler
  • Francisco PIRES, Champion d'Europe et triple Champion de France (dont un titre en 2014 à la Cité de l'Huître)

A l'issue des épreuves, ils réaliseront devant le public un plateau de fruits de mer exceptionnel, placé directement dans une œuvre du peintre sculpteur Marennais Jeff d'Argy...

Un événement à ne pas manquer.


WITS l'application qui change nos habitudes

Jeudi 7 Juillet 2016

Les commerçants franciliens répondent à Amazon et Prime Now au travers du réseau WITS


Les commerçants de proximité d’Île-de-France réagissent et depuis quelques mois se structurent déjà autour d'un réseau de commerçants de proximité.

Celui-ci leur permet de digitaliser leur activité et proposer des services de Click & Collect et de livraison.


Les commerces de proximité ont déjà pris le pas et aujourd'hui réagissent au travers d'un réseau, animé par WITS

Ce réseau réunit plus de 200 commerçants parisiens et de la petite couronne qui s'appuient sur les services et l'application mobile myWITS. 

Ce qui correspond à un catalogue de plus de 5 000 produits (versus les 4 000 produits frais d'Amazon).

La mairie de paris entend œuvrer pour la préservation des commerces de proximité, mais il est important de noter que ces derniers agissent et réagissent déjà depuis quelques mois.
Aujourd'hui, ces commerçants proposent ainsi aux franciliens de commander des produits frais et faire leurs courses 24h/24 via le service myWITS.

Le principe est simple : l’appli géolocalise le consommateur et repère les meilleurs petits commerces aux alentours. Il n’y a plus qu’à faire son marché en ligne, payer et “emballé c’est pesé !” 
Une fois la commande enregistrée, deux possibilités: se faire livrer ou passer directement chercher son panier de produits frais chez le ou les commerçants. 

Les petits commerçants sont d'ailleurs déjà bien accompagnés pour assurer leurs livraisons à domicile en 1h30 (frais à 6€60 pour Paris) et il est également possible de choisir le créneau souhaité pour être livré.
Prime Now axe sur la rapidité et l'efficacité, mais si l’on sort du cadre 1h/5,90€, le consommateur peut avoir des surprises. 

Les consommateurs peuvent également se tourner vers le Click&Collect ou la livraison ou les consignes Bluedistrib (solution filiale du groupe Bolloré) pour stocker les commandes effectuées sur MyWits après la fermeture des commerces. 

Plusieurs fédérations soutiennent le service: les commerçants de France, la confédération nationale des poissonniers et écaillers de France, la fédération des cavistes et épiceries bio, la fédération des primeurs...


La fin du commerce de proximité n'est pas encore arrivée !


Démission, départ négocié et transaction.


La démission permet au salarié de rompre son contrat de travail à durée indéterminée de sa propre initiative. Le salarié doit respecter une période préavis. Même s'il s'agit d'une démission suite à une grossesse, la salariée doit prévenir son employeur au moins 15 jours avant la date effective de sa démission. A la fin de la période de préavis, l'employeur doit remettre au salarié un certificat de travail et une attestation destinée à lui permettre de faire valoir ses droits aux allocations d'assurance chômage. Il pourra bénéficier de celles-ci uniquement si la démission est considérée comme légitime (non-paiement de salaires, mutation du conjoint, etc...)
Un salarié en contrat à durée déterminée peut également démissionner mais à condition de justifier d'une embauche en contrat à durée indéterminée ou d'une inscription à une formation. On parle alors de rupture anticipée autorisée. Le départ négocié n'est pas en revanche une volonté du salarié de mettre un terme à son contrat mais un accord employeur-salarié de rompre le contrat de travail. Dans ce cas, il ne s'agit ni d'une démission, ni d'un licenciement. Mais si la raison de la rupture est d'ordre économique, l'employeur doit respecter la procédure de licenciement et verser au salarié des indemnités.

Enfin, une transaction intervient si un litige oppose employeur et salarié lors de la rupture de contrat, par exemple suite à un licenciement. La transaction interdit toute contestation ultérieure devant le conseil des prud'hommes. L'indemnité versée est supérieure à celle à laquelle le salarié aurait eu droit en cas de licenciement. Chaque partie doit faire des concessions, le consentement de chacun devant être obtenu sans pression ou tromperie.